Les producteurs de coton du Burkina Faso

Les producteurs de coton du Burkina Faso

Les producteurs de coton du Burkina Faso
à la recherche d’un sillon durable

 

Cela fait dix ans que les OGM ont entamé leur ascension – puis récemment leur lente décrue – au Burkina Faso. Si la variété BT de Monsanto s’est installée dans le pays, la polémique enfle sur l’intérêt réel de son utilisation ainsi que sur ses conséquences possibles. De nombreux producteurs reviennent aujourd’hui à une culture conventionnelle – utilisant semences paysannes, mais aussi engrais et pesticides. Entre ces deux modes de production, le coton biologique – semences paysannes, mais excluant tout engrais et pesticide – tente de se faire une petite place.

Producteurs de coton du Burkina Faso, région de Houndé

Producteurs de coton du Burkina Faso, région de Houndé


 

Quelques chiffres

 

    • Le cours du coton : après une envolée entre 2008 et 2011 (de 1 $ à 3 $ le kg), le cours baisse depuis régulièrement. Il est aujourd’hui de 1,8 $ le kg. Le prix du marché est à comparer au 0,55 $ par kg que perçoit le producteur burkinabé.

 

 

    • La production de coton du Burkina Faso est de 630 000 tonnes en 2012 (premier producteur africain). La moitié de cette production provient désormais de semences OGM.

 

 

L’état du marché mondial

 

    • L’offre concurrente, toujours importante aux États-Unis et en Inde, pèse sur les cours, les orientant à la baisse.

 

  •  Du côté de la demande, la reprise des filières textiles asiatiques – premiers acheteurs mondiaux de coton – tarde à se confirmer.

 

 

 

La production de coton au Burkina Faso : OGM or not OGM ?

 

La promesse était alléchante : la semence OGM devait réduire à deux les traitements par pesticides  et augmenter le rendement de 30 %. Pourtant, on estime que seuls 200 à 300 000 ha ont produit du coton Bt lors de la campagne 2012 – 2013, contre 400 000 ha en 2010 (source Sofitex – Société Burkinabé des Fibres Textiles).

 

Pourquoi ce recul ? La piètre qualité des semences serait en cause, selon le directeur du développement de la production cotonnière à la Sofitex, Mr Dakuo. Les producteurs sont revenus à une culture conventionnelle, parce que les OGM n’offraient pas la rentabilité promise. Au fil des années, les insectes développent des résistances qui obligent les producteurs à recourir autant aux pesticides que dans les cultures conventionnelles. Alors, à quoi bon ? Enfin, les rendements ne seraient pas ceux affichés par Monsanto, alors que les semences OGM sont nettement plus chères que les semences paysannes (27 000 francs CFA /ha contre 814 CFA /ha pour le coton conventionnel).

 

Le débat est donc vif au Burkina Faso où, de surcroît, on entend ou constate des problèmes sanitaires pour les troupeaux vaquant à proximité des cultures OGM et où les paysans s’interrogent sur les conséquences à terme pour eux-mêmes.

Ousman Tiendrebeogo - Secrétaire Général du Syndicat National des Travailleurs de l'Agro-Pastoral (SYNTAP)

Ousmane Tiendrebeogo – Secrétaire Général du Syndicat National des Travailleurs de l’Agro-Pastoral (SYNTAP)

 


Le fait est que, OGM ou conventionnel, le paysan burkinabé a du mal à vivre de son labeur – ainsi que nous le rappelle Ousmane Tiendrébéogo, Secrétaire Général du Syndicat National des travailleurs de l’Agro-Pastoral (SYNTAP), lors de notre rencontre en août 2013.

Entre ces deux modes de culture, le coton biologique se dessine une voie timide.

L’UNPCB (Union Nationale des Producteurs de Coton du Burkina) a mis en place une filière biologique en partenariat avec Helvetas, ONG suisse. Elle est étroite (8000 producteurs pour une production de 6100 tonnes, soit 1% de la production du pays) et peu valorisée. De gros efforts restent à faire pour que les filatures de la région soient aussi calibrées pour des tonnages faibles, et que le coton bio ne se trouve pas mélangé à l’OGM ou au conventionnel.

Est-il utile de le préciser ? Afrika Tiss a pris le parti de privilégier cette filière étroite – mais plus respectueuse de l’environnement – dans ses approvisionnements !

                                                     ———————————————————————————

Sources

INSEE, 17/10/2013, « Coton Index A », in Banque de données macro-économiques, INSEE 2013
La Tribune, 24/08/2013, Coton : les spéculateurs font tanguer les prix, La Tribune
Lefebvre Caroline/InfoSud, 15/07/2013, Au Burkina Faso, le coton OGM s’enracine dans la polémique, InfoSud
Noisette Christian, 11/2012, OGM au Burkina Faso : presque moitié moins de coton BT cultivé, Inf’OGM
Entretien avec Ousmane Tiendrébéogo, août 2013, secrétaire Général du Syndicat National des travailleurs de l’Agro-Pastoral (SYNTAP).

 

Pour aller plus loin

Site de la SOFITEX (Société Burkinabé des Fibres Textiles): http://www.sofitex.bf/

SHARE IT:
Copyright 2015 © TISS&TIK | Tous droits réservés | Designed by UnGentilhomme